Suite à un commentaire laissé par un lecteur, j'ai décidé d'apporter quelques modifications ou précisions sur la terminologie employée dans ce post, ainsi que les objectifs poursuivis. Toutefois, je considère toujours que c'est un dispositif intėressant à mettre en place de manière ponctuelle ou en fin d'année. Ensuite, chacun est libre d'en penser ce qu'il veut et sans doute ne rend il pas tous les enfants autonomes et responsables. 

 

Arrivés en fin d'annee scolaire, il est temps de rendre les élèves un peu autonomes et de leur apprendre à se détacher du regard de la maîtresse. 

Maintenant que la totalité de la classe sait lire, j'ai disposé les tables en groupes et désigné pour chaque groupe un chef de groupe un tuteur, chargé d'aider ses camarades en difficulté.

Le tutorat est souvent utilisé en classe car il permet : 

- d'occuper les élèves plus rapides,

- de développer l'entraide et l'écoute entre les élèves,

- une certaine autonomie qui permet à la maîtresse de se consacrer aux élèves en difficulté (atelier spécifique, différenciation).

Il n'est pas nécessaire que ce rôle de tuteur soit permanent, il peut se transmettre au fil des séances à d'autres élèves, pour qu'une relation hiérarchique ne s'installe pas. Ceci dit, dans un groupe, même chez les adultes, on constate que les membres adoptent toujours une position spécifique : leader, suiveur, porte-parole, actif ou passif, etc.

La composition des groupes dépend des élèves :

- groupe de 3 : 2 élèves en difficulté (travail lent, distraction, pb de compréhension) + 1 tuteur chef de groupe
- groupe de 4 : 3 élèves sans difficultés particulières + 1tuteur  chef de groupe.

L'idée, c'est que lorsque je distribue une feuille de travail ainsi qu'une consigne simpl

e, les tuteurs chefs de groupe soient capables de servir de relais, et de réexpliquer la consigne à leur groupe et de veiller à ce qu'ils travaillent sérieusement, tandis que la maîtresse passe dans les rangs, vérifie que tout est fait comme il faut ou s'occupe d'un groupe spécifique.

.