Cette question, je me la suis posée souvent, durant ces 13 années d'enseignement. J'ai expérimenté différentes choses, mis en place des contrats, des passeports, des récompenses, des logiciels comme classe dojo, etc..

Mais finalement, au fil des années, mon dispositif s'est réduit aux quelques règles suivantes :

1) Anticiper et être vraiment organisée

Il ne faut pas avoir à chercher un document, des photocopies ou je ne sais quoi car c'est dans cette faille que s'engouffreront les élèves.  Je préfère arriver une bonne demi-heure à l'école et tout préparer dans le détail (tableau et matériel prêt pour la matinée). De la même manière, je m'efforce de travailler soigneusement mes consignes pour qu'elles soient simples et répétitives. En évitant les questions et les interrogations, je m'assure une ambiance studieuse et calme et des élèves sereins.

 

2) Maintenir les élèves en activités variées et rythmées

C'est vraiment ma grande découverte de l'année, depuis la mise en place de mes ateliers. Mes élèves changent d'activité régulièrement et travaillent de manière "chronométrées. Du coup, ils savent qu'ils ne peuvent pas se permettre de parler, sinon ils ne termineront pas leur travail. Ils n'ont presque plus le temps de faire de l'autonomie, tellement notre journée est remplie et rythmée...
C'est même le secret de l'ambiance sereine de ma classe.... Et ils se responsabilisent dans la gestion de leur travail.

 

3) Etre bienveillante mais ferme

L'expérience m'a prouvée que tout se passe mieux lorsque le cadre est clairement posé dans la classe et que je m'assure qu'il reste en place. Je m'explique.... Avant, je donnais 3 avertissements avant de sanctionner en cas de bavardage, ou d'un élève qui se lève, etc,  pendant le travail et souvent, je ne sanctionnais pas car je trouvais cela fatigant.. Résultat, tous les élèves l'avaient bien compris et abusaient souvent de ma gentillesse/lassitude. 

J'ai arrêté... Maintenant, j'avertis une fois (parce que je reste sympa!!) mais la sanction tombe dès la seconde fois. Et c'est tellement mieux... En général, le premier avertissement à un élève suffit pour rappeler la règle à toute la classe et plus personne n'en abuse. Et c'est beaucoup moins fatigant pour tout le monde...

Et si je dois sanctionner, alors il y a 2 niveaux de sanctions très bêtes, très simples :

1) 5 minutes sur le banc à la récréation, à réfléchir à son comportement,

2) un travail de copie utile (règles de vie, conjugaisons, tables de X, finir l'exercice non terminé en classe pour cause de bavardages).

Et je ne donne jamais de punition à faire à la maison (pour éviter le parent qui ne veut pas que son enfant la fasse et me fait perdre mon autorité et ma crédibilité) ni de punition collective (trop injuste) même si cela me démangerait.

 

4) Chuchoter et m'assurer que le niveau sonore reste un chuchotement

Cette dernière consigne ne vaut que pour les moments où l'on travaille à l'écrit bien sûr. Durant les ateliers, je me suis rendue compte que si je chuchotais lorsque je valide un exercice fait par un élève, ou que j'explique à un autre, le niveau sonore est quasi silencieux... et si quelqu'un doit parler, il chuchote également.

Par contre, si je me mets à parler, même doucement, mais que l'on entend le son de ma voix, mes élèves font de même et le niveau augmente doucement mais surement. L'idée est de ne jamais laisser le niveau sonore monter. ET donc, de sanctionner très vite en cas de manquement... Mais franchement, je n'ai presque plus de problèmes de cet ordre et pourtant, j'ai cette année plusieurs élèves qui pourraient poser soucis : 2 hyperactifs diagnostiqués, 2 troubles de l'attention, 2 dysorthographiques et quelques bavards ou agités...

Dans les échanges magistraux, je n'ai pas la même exigence de silence. Il me suffit de préciser que "je n'entends ni les élèves qui parlent sans lever le doigt ni les élèves qui halètent, disent "moi, moi" pour que je les interroge".

Et je suis très très pointilleuse sur la tenue en classe. On ne monte pas son genou vers le plateau de la table, on ne s'assied pas sur une de ses jambes et on ne se balance pas. Cela peut paraître un peu "raide" ou "vieille école" mais si on est exigeant sur les petits détails, alors, ils ne se risquent pas à abuser et à vraiment mal se comporter... L'idée, c'est de mettre un curseur plus bas que ce que l'on attend réellement...