02 avril 2017

Mission rentree 2017 - mise en place des 5 au quotidien

Si comme moi, vous avez le sentiment de ne pas pratiquer de manière assez systématique et ritualisée la lecture et l'écriture et qu'en plus, vous êtes devenue fan du travail en atelier, vous risquez d'être séduite par une méthode venue d'outre atlantique : les 5 au quotidien.

Dans ce dispositif de travail en ateliers, 5 activités sont pratiquées : 

- la lecture pour soi (silencieuse et individuelle)

- la lecture à un autre : travail réalisé par pair avec contrôle de compréhension,

- l'écoute d'une lecture (simple avec un lecteur mp3) ou en suivant le texte (internet)

- l'écriture individuelle et autonome

- l'étude de mots  les memoriser et en mémoriser l'orthographe.

6 excellentes vidéos illustrent bien toute la demarche et rendent le dispositif très clair et accessible :

En tout cas, en ce qui me concerne, je compte bien mettre en place ce dispositif à la rentrée prochaine. Je ne démarre pas immédiatement car j'ai déjà largement révolutionné ma pratique cette année et j'ai encore pas mal de travail pour enrichir mes ateliers. Et je crains de me disperser.

Par contre, à la rentrée, je les mettrai en place.. .Je n'en suis d'ailleurs pas si loin...

J'ai déjà un atelier de lecture silencieuse + compréhension ( il faudra le réaménager). J'ai un atelier travail personnel dans lequel on etudie les mots de dictées (il faudra diversifier les exercices et approches). J'ai déjà un atelier rédaction. Donc, on peut considérer que j'ai fait la moitié du chemin..

 

Posté par matitela à 16:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


25 janvier 2017

Suite des impressions sur la nouvelle organisation en plan de travail et ateliers tournants...

Je suis toujours aussi enchantée.. L'atmosphère n'a jamais été aussi sereine et paisible dans ma classe.
Moi, qui ai tendance à parler fort, je me retrouve à chuchoter 2 heures par jour!!!
Mes élèves n'ont plus le temps de bavarder, rêver ou s'agiter durant ces ateliers. Ils sont concentrés, acteurs de leur apprentissage.

Le rythme commence à être pris en plan de travail..
Tout le monde a quasiment terminé la première colonne des exercices du plan de travail.
Certains sont bien avancés sur la seconde colonne.. Plusieurs élèves se sont déjà inscrits pour passer des bilans en autonomie...
Les élèves rapides apprécient de ne pas avoir besoin d'attendre leurs camarades.
Les élèves plus lents apprécient que je sois plus disponibles et que l'atmosphère soit sereine pour que je leur explique le travail ou une notion.

10 semaines plus tard :

Je me suis rendu compte que nous n'avancions pas tout à fait comme je le souhaitais.
Après un temps de recul, j'ai réalisé que 30 minutes de plan de travail par jour pour aborder tous les apprentissages nouveaux en maths et en français n'était pas suffisant malgré l'efficacité du système. J'ai donc décidé de remanier un peu l'emploi du temps et de passer à 2 ateliers de plan de travail (un spécifiquement maths et un spécifiquement français) par jour.

Et là, enfin, nous sommes dans le bon rythme : celui qui me permettra de boucler mon programme sans stress pour moi ni pour mes élèves. On fait un peu moins de rebrassage mais on y est...

Le système de leçon-remediation à postériori fonctionne également très bien..
En fait, les enfants écoutent mieux la leçon quand ils ont été confronté à une difficulté en exercice et qu'ils en ont besoin pour la résoudre.. Ils se sentent directement concernés.
Finalement, c'est moi qui suis le plus troublée d'expliquer moins de leçons qu'avant.. J'ai l'impression de ne pas avancer dans mes programmations... alors que ce sont mes élèves qui m'ont dépassés...

6 semaines plus tard :

Maintenant, ce sont mes élèves qui se proposent et viennent expliquer au reste de la classe une notion mal comprise.
Ils adorent... et ils expérimentent que pour être compris, ils doivent faire un effort de structuration de leur pensée. Ils doivent chercher des exemples pour illustrer leurs propos. Et moi, je ne suis plus au centre de l'apprentissage.

L'atelier renforcement a un peu évolué..
Au départ, les élèves travaillaient sur fiche, ou sur le cahier du jour durant cet atelier renforcement.. Mais cela ne m'a pas satisfaite. J'avais l'impression que mes élèves travaillaient de la même manière qu'en plan de travail... De plus, je faisais beaucoup de photocopies et j'avais énormément de corrections. 
J'ai donc réfléchi à des activités qu'ils pourraient faire sur feuille plastifiée avec correction immédiate. J'ai remarqué depuis longtemps que lorsqu'ils travaillent sur ardoise, ils n'ont pas l'impression de travailler. De plus, l'erreur n'a plus le même statut. Ils effacent et recommencent plus facilement. J'ai donc cherché des activités plus ou moins ludiques pour diversifier les entrées dans cet atelier.

Je fais toujours beaucoup de photocopies pour alimenter cet atelier, mais j'espère que ce ne sera que cette année et que les années suivantes seront moins gourmandes!!

J'ai également fait le choix de rendre cet atelier thématique pour pouvoir mieux en gérer la programmation et la diversité des activités proposées...
Donc, maintenant, c'est :
- lundi : rebrassage numération et calculs,
- mardi : rebrassage étude de la langue,
- mercredi : manipulations en géométrie (tracés à la règle, utilisation du compas, de l'équerre, symétrie, frises)
- jeudi : rebrassage étude de la langue
- vendredi : jeux pédagogiques (mistigri, dominos  de conjugaison, grammaire, etc... Merci Mallory pour tous tes jeux).

L'atelier numérique s'enrichit aussi.
J'ai inscrit mes élèves sur le site classe numérique  qui permet de créer également des plans de travail.
Du coup, les exercices réalisés sur ordinateur peuvent remplacer d'autres sur le plan de travail papier et font appel à une autre forme d'intelligence. J'ai installé sur les ordinateurs de l'atelier différents sites que j'apprécie :

- jeuxpedago,
- L'instit
- professeur Phifix
- etc..

J'en ajouterai au fil de l'année et de mes découvertes...

Partage d'expérience
Mes collègues commencent à s'intéresser à l'expérience que je vis en ce moment.  A me voir si enchantée (bien que fatiguée par la quantité de choses à préparer), elles ont envie de voir... L'une qui était disponible un mercredi matin est venue passer la matinée dans ma classe et est repartie convaincue et enchantée.
Une autre, prévoit de venir également assister à 1h30 de fonctionnement en atelier, pour observer le comportement et l'activité des élèves, de même que l'organisation mise en place.

6 semaines plus tard :

Les visites se poursuivent et ce qui étonne chaque fois (comme cela m'a étonnée moi aussi...), c'est le fait de voir les élèves si actifs, si occupés et si calmes aussi. Ces ateliers sont très studieux et sereins, à condition que moi aussi je chuchote. Si je commence à parler même à mi-voix, le niveau sonore monte immédiatement.

Je réfléchis à investir l'an prochain dans des panneaux de séparation translucides et amovibles comme on trouve en maternelle.. Je testerai la chose en fin d'année avec ceux d'une collègue de maternelle...

Evaluations
Le dispositif en plan de travail, impose un gros travail de préparation à l'enseignant.
Il impose en particulier de préparer toutes les évaluations à l'avance.
En effet, un enfant qui se sent prêt (et qui a fait son quota d'exercices sur le plan de travail) peut s'inscrire pour passer une évaluation. C'est donc un gros travail en amont mais un grand confort pour l'enseignante par la suite.

Pour les élèves, je suis une fois encore impressionnée...Pour la majorité des élèves, on sent une forme de jubilation à décider s'ils sont prêt ou non et à venir me réclamer une évaluation. On sent chez eux une grande fierté... Il faut même parfois leur conseiller de se ménager car en fin de période, on ne les arrête plus....

Une toute petite minorité reste craintive ou peu concernée et ne s'inscrit presque pas aux évaluations.
Pour ceux-là, je prévois des dates butoirs inscrites dans le cahier de texte "Tous ceux qui n'ont pas passé telle éval la passeront obligatoirement le .........."

6 semaines plus tard :

La valeur et la perception par les élèves de l'évaluation a également évolué  dans ce nouveau dispositif.
Une évaluation peut être commencée un jour et terminée le lendemain si l'élève n'a pas eu assez de temps.
De même, si un élève démarre une évaluation et se rend compte qu'il n'est pas prêt, il peut l'abandonner provisoirement.
Mais il note sur son cahier de texte qu'il doit absolument retravailler cette notion en atelier de travail personnel ou à la maison.
De fait, l'évaluation n'est pas sanction, n'est plus tout à fait le reflet d'un instant T, mais une vraie validation des acquis.C'est quelque chose que j'avais du mal à "entendre" avant, dans un dispositif plus classique mais qui me parait maintenant évidente.

Il me reste un point à travailler (pour l'an prochain... car on ne peut pas tout révolutionner d'un coup!).Il faut que j'accepte l'idée que je ne suis pas obligée de faire une évaluation formelle pour chaque notion.
Certaines acquisitions peuvent être validées par l'observation de l'élève en classe.

C'est pour moi encore un peu difficile... Comment justifier auprès d'un parent que son enfant n'ait pas validé telle compétence si je n'ai pas de "trace écrite"? Ne vais-je pas être taxée de laxisme ou de paresse... Il faut encore que j'y travaille...

 

 

Posté par matitela à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2017

Bilan de fin de première semaine

 

Voici mes impressions après une semaine de fonctionnement...

1) Tout fonctionne à merveille, à condition que tout ait été préparé avec soin et dans le détail

- Sur les tables en ilots de 6, des affichettes indiquent quel atelier il y aura...
- un chronomètre défile sur le TNI durant toute la durée de l'atelier pour permettre aux élèves de se situer dans le temps,
- Le planning des ateliers est affiché en permanence dans la classe,
- Les feuilles de travail, jeux plastifiés, matériel de manipulation, etc, sont déjà sur les tables quand les élèves arrivent,
- les MP3 correctement chargés pour la dictée autonome,
- les ordinateurs sont allumés et ouverts sur les applications voulues, etc..

2) Correction et gestion des documents

- Chaque groupe dispose d'une grande bannette dans laquelle il dépose les cahiers à corriger (à la fin du plan de travail),

bannettes


- Dans chacune de ces bannettes, des dossiers fins sont étiquetés au nom de chaque atelier et les feuilles en cours y sont stockées,

sous-dossiers


- Un dossier CORRIGE permet aux élèves de ranger, classer les documents une fois qu'ils sont corrigés.

corrigé

Cela peut paraître excessif, mais pour la maniaque de l'organisation que je suis, il était hors de question que je passe une demi-heure chaque soir, à classer les documents, à corriger, à ranger, à conserver jusqu'à la prochaine fois et que je perde un temps infini.

3) Le plan de travail fonctionne et est bien compris

J'ai gagné beaucoup de temps en correction avec la mise en place des codes couleurs.
Les élèves sont contents de ma disponibilité et de ne pas avoir à attendre.

Ils apprécient de réussir des exercices pour lesquels nous n'avons pas encore travaillé la leçon ensemble et ils me surprennent chaque hour.. J'ai en mémoire un de mes élèves, B... très dissipé, avec trouble de l'attention avéré mais non pris en charge.
La mise au travail est toujours très difficile pour cet élève et je dois répéter sans arrêt les consignes...
Cette semaine, il me dit : "je voudrais faire le premier exercice de la leçon "diviser par 10, 100, 1000". Je lui réponds... Ok, mais tu n'as pas lu la leçon sur le sens de la division et celle sur le principe de la division en ligne qui sont juste avant.... Il me répond : "oui, mais je crois que j'ai compris tout seul en lisant la leçon"... Et c'était vrai.. Il a réussi son exercice tout seul, sans moi...

Ca y est, j'ai enfin compris que je ne suis pas leur pillier et que je ne suis pas indispensable.. JE suis juste l'organisatrice de leur apprentissage... Il m'aura fallu 12 ans pour l'intégrer...

Et en plus, on travaille vraiment dans le calme.. Ce n'est pas le silence de la classe que j'ai obsevée mais le climat est très serein et le niveau sonore plus que raisonnable... Yeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeees...

4) Ce qui n'est pas encore réglé

Détail d'organisation.. les élèves en plan de travail ont encore tendance à m'appeler pour que je corrige et à m'attendre...
J'essaie de changer cela...

Deux élèves me posent souci...
N.... est un petit garçon adorable et plein  de bonne volonté mais il a beaucoup de mal à suivre... Le GAP est énorme avec le reste de la classe.

O... est un enfant précoce mais qui se désintéresse du travail à l'écrit. Il participe activement à l'oral mais dès qu'il s'agit de passer à l'écrit, il se met à rêver.. Je dois sans arrêt le rappeler à l'ordre... En 30 minutes, j'ai de la chance s'il termine 1 exercice!!

J'ai peur que ces deux élèves  n'arrivent pas à suivre le rythme et que l'on arrive à la fin de la période et qu'ils aient faits trop peu d'exercices de chaque notion pour valider leurs acquisitions.. Mais je tiendrai bon jusqu'à la fin de la période... On fera alors le point... car je pense que pour eux, plus encore que pour les autres, le plan de travail est la solution... mais peut-être pas le même que les autres...

Pour N..., je pense qu'en période 4, je lui ferai un plan de travail rien que pour lui, d'un niveau plus adapté à son niveau actuel...
Pour O..., j'ai l'espoir qu'il n'ait pas besoin de faire de nombreux exercices pour faire les acquisitions attendues.. On verra.

 

Posté par matitela à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 janvier 2017

Organisation de l'emploi du temps et du plan de travail

 Rappel : Le plan de travail est soumis à de nombreuses variables, ce qui explique qu'il n'y en pas deux pareils...
Voici comment j'envisage mon plan de travail.

1-  Organisation générale du plan de travail

Périodicité :

de vacances à vacances (5 périodes sur l’année scolaire)
Certaines collègues préfèrent les plans hebdomadaires ou tous les quize jours (en particulier en cycle 2 où les enfants sont moins aptes à gérer de longues périodes de travail et à anticiper).

Périmètre : Etude de la langue (ortho, gram, conj, voc) et maths (num, calculs, gestion de données, pbs, mesures, géom).

Plan de travail distinct entre les CE2 et les CM1

Support des exercices : manuel personnel pratiquant la différenciation et la progressivité des exercices.

 

2-  Organisation des exercices

Consignes simples, ritualisée par la répétition pour plus d’autonomie / non recopiées sur le cahier (uniquement n° et page)

Exercices de difficulté croissante : longueur variable, consigne +/- complexe, etc..

Il faut avoir terminé et réussi les exercices en gras pour prétendre passer l’évaluation / être évalué sur la base du travail accompli

La collègue que j'ai pu observer favorise l'avancée de plusieurs notions en parallèle.
Il faut avoir terminé le premier exercice de chaque notion, pour passer au suivant.
On doit avoir 3 exercices justes pour prétendre passer l'évaluation.
J'ai beaucoup apprécié ce dispositif et donc décidé de faire pareil car je trouve rassurant pour de progresser dans tous les apprentissages et non pas de ne faire que des maths en début de période et que du français à la fin, par exemple.

 

3-  Organisation du temps de plan de travail

Durée des séances : 30 à 45 minutes pouvant se répéter dans la journée.

J'ai fait le choix de mettre en place 4 ateliers tournants de 30 minutes chaque jour de la semaine.

2 ateliers qui ont lieu systématiquement :

- 1 atelier plan de travail en Etude de la langues et Mathématiques,
- 1 atelier de renforcement ou rebrassage qui permet de consolider ou d'ancrer durablement les acquisitions des périodes précédentes,

 2 ateliers qui varient en fonction du jour :

- Problèmes (manipulations, etc.) / Travail personnel (apprentissage des leçons, des tables de multiplications, activités autonomes)-
- Arts visuels / Entraînement en Français et maths sur ordinateur
- EMC / lecture
- Rédaction / Travail personnel

4-  Posture de l’élève durant la séance en plan de travail

-  L’élève bénéficie d'une certaine liberté dans le choix des exercices ou des notions qu'il va travailler.

-  il avance toutefois toutes les notions en parallèle  (terminer une colonne avant de commencer la suivante).

-  il identifie les activités qu’il peut réaliser seul et celles pour lesquelles une leçon magistrale de l’enseignante sera nécessaire
-  il est toujours en activité (aucun temps libre, pas de minimum ou maximum d’exercice, pas de blocage)
-  il peut solliciter l’enseignant pour une question, une correction en levant le doigt,
-  si l’enseignant n’est pas disponible, l’élève inscrit sa difficulté au tableau de demande d’aide et passe à une autre notion.

 

5-  Posture de l’enseignante durant la séance en plan de travail

-  Elle circule et valide les exercices à l’aide des codes couleurs,
-  Elle indique qu’il y a une erreur mais ne corrige pas. C'est l'élève qui se corrige seul.
-  Elle réexplique un point non compris pour permettre à l’élève de se corriger
-  Elle observe et identifie les notions qui devront être abordées de manière collective ou magistrale
-  Elle identifie les élèves qui auront besoin de remédiation.
-  Elle peut valider certaines activités ou notions par l'observation (l'évaluation formelle n'est pas une obligation).

 

6-  Evaluation de l’élève dans le dispositif

-  Evaluation formelle pour certaines notions (quand l’élève le demande / à une date butoir)
-  Evaluation sur observation pour d’autres notions,
-  Evaluation bienveillante et adaptée au niveau de chaque élève.

Posté par matitela à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 janvier 2017

Pourquoi mettre en place des plans de travail : reflexions personnelles

 

1- Permettre à chaque élève de travailler à son rythme.

Tous les élèves n’ont pas besoin de faire le même nombre d’exercices pour maîtriser la compétence travaillée.

 

Toutes les notions ne nécessitent pas forcément une leçon magistrale par l’enseignant.

Les exercices peuvent à terme être quasi-personnalisés (quand l'enseignante est bien rôdée!!)

 


2- Permettre à chaque élève de progresser en fonction de sa zone proximale de développement.

 

Les exercices proposés sont de difficulté croissante et l’évaluation pourra ainsi être différenciée (plusieurs niveaux d’évaluation).

L'enseignant pourra évaluer de manière positive les réussites de chaque élève, puisque les exercices correspondront à ce qu'il est capable de faire (juste un peu plus difficile que ce qu'il a déjà l'habitude de faire).

 

 

 

3- Permettre à chaque élève de devenir acteur de son apprentissage.

 

Les élèves choisissent l’ordre dans lequel ils font leurs exercices. Ils déterminent quand ils sont prêt à passer l’évaluation.

Ils s'inscrivent pour passer les évaluations. Cela implique qu'ils ne les passent pas tous au même moment et qu'ils ne sont ni freinés ni stressés par le rythme de leurs camarades.

 

Grâce au tableau de demande d’aide, ils apprennent à expliquer leur difficulté à la classe ou comment aider un camarade en difficulté.

Ils apprennent également à "temporiser". Lorsqu'ils sont bloqués sur un exercice. Ils sollicitent de l'aide mais n'attendent pas que quelqu'un soit disponible pour les aider. Ils poursuivent leur travail avec un autre item. Ils ne perdent donc plus de temps.

 

 

 

4 – Permettre aux élèves d’être autonome dans le travail.

 

Les élèves sont incités à :

 

- relire leur leçon avant de démarrer leurs exercices,

 

- lire et comprendre seuls les consignes de l’exercice (qui auront été réfléchies au préalable pour favoriser cette autonomie),

 

- ne pas rester bloqués en cas de difficulté (inscription sur un tableau de demande d’aide ) et à passer à 1 autre notion.

 

 

 

5- Permettre à l’enseignant d’être plus disponible pour aider les élèves qui en ont besoin

 

Tous les élèves sont en activité et ne restent pas bloqués sur un exercice (atmosphère plus sereine, moins de bavardages).

 

Si un point bloquant est identifié, il peut être réglé immédiatement avec l’aide de l’enseignant ou reporté à une séance de remédiation.

 

L’évaluation de la progression dans les exercices se fait tout au long de la séance (codes couleur) ou bien après la séance.

 

 

 

6- Place de l’évaluation dans le dispositif

 

Les exercices réalisés durant le plan de travail sont validés au fur à mesure par l’enseignante qui passe parmi ses élèves et observe leur travail.

 

En fin de parcours, l'élève qui se sent prêt peut demander à passer un bilan ou bien il peut être évalué directement par l'enseignant qui aura observé la réussite de l'activité ou la compréhension de la notion.

 

L'évaluation sera bienveillante car elle insistera sur les réussites de chaque élève.
Le plan de travail permet une grande différenciation jusqu'à l'évaluation.

 

Voilà ce que j'ai pu comprendre et réfléchir durant cette journée d'observation de la classe d'une collègue.

 

Posté par matitela à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 janvier 2017

Plan de travail et ateliers tournants : une révolution pour moi

J'ai eu la chance d'aller observer un fonctionnement de classe pendant une journée en PLAN DE TRAVAIL et ATELIERS TOURNANTS.!!!
Cette demi-journée d'observation m'a convaincue de tenter l'expérience.

Le plan de travail

Il s'agit d'une liste d'activités planifiées pour un groupe d'élèves, sur une période donnée.
De nombreuses variables (la durée du plan de travail, la composition des groupes, les activités inscrites, etc...) font qu'il n'y a pas deux plans identiques et qu'il est difficile de ne pas trouver au moins une organisation qui nous convienne..

La principale difficulté consiste à trouver les bons supports de leçons et d'exercices et à réfléchir toutes les variables pour mettre en place un plan de travail dans lequel l'enseignante comme les élèves se retrouveront.

Sur ce point, je n'en étais pas très loin et le passage s'est donc fait sans difficulté.
Pour la forme, j'ai adopté strictement celui que j'avais pu observer en classe, car je l'ai trouvé très clair et parfaitement adapté.

Pour le fond, cette année avec mon niveau double CE2/CM1 à cheval sur deux cycles et mon souhait de pouvoir pratiquer sans trop de grands écarts la différenciation, j'avais pris la décision de concevoir mon propre manuel de maths et de français avec deux parcours différents : parcours A et B (complexité des consignes, longueur des exercices, etc.) en fonction du niveau des élèves... et à l'intérieur de chaque parcours, des exercices de difficulté croissante.

Il n'a donc pas été difficile pour moi de sélectionner les exercices qui me paraissaient important et de les lister dans mon plan de travail.

Les ateliers tournants

Il s'agit d'ateliers qui fonctionnent comme ceux de maternelle.
Les élèves tournent d'un atelier à l'autre dans la journée. Certains ateliers sont en autonomie et d'autres sous la houlette de l'enseignant.

Voici celui que je compte expérimenter durant cette période :

J'ai toujours trouvé que les ateliers étaient un fonctionnement intéressant car agréable pour les élèves.
Par contre, j'ai toujours renoncé devant la difficulté à les structurer et surtout face à la crainte du bruit, de l'agitation et du bazar que je supporte mal...

Or, j'ai pu observer une classe quasi-silencieuse et qui a travaillé en optimisant totalement son temps. Les élèves ont enchaîné leurs ateliers en un ballet bien rôdé sans aucun désordre et durant toute la durée des ateliers, ils ont été en activité et acteurs de leurs apprentssages... Cela a été un véritable déclencheur et j'ai donc décidé de me lancer...

J'ai compris qu'une des clés de la réussite était dans le choix des ateliers.
Il fallait vraiment que deux ateliers soient totalement autonomes pour que je puisse être disponible pour aider les deux autres ateliers.

L'autre clé, était évidemment dans le soin apporté à la préparation des ateliers, des supports, des outils pour que tout puisse fonctionner...

Pour démarrer, il me fallait donc :
- un nouvel emploi du temps incluant 4 ateliers de 30 minutes par jour,
- un plan de travail pour mes CE2 et un autre pour mes CM1,
- une organisation à repenser...

Voilà pour la réflexion préalable...
Maintenant y'a plus qu'à...

Posté par matitela à 10:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,